Accueil Solutions cartographiques & IT Contact

Gérer son patri­moine d’éclai­rage LED grâce à un SIG

Par La rédaction - 21 avril 2020
Temps de lecture : 6min

D’ici 2023, selon l’As­so­cia­tion française de l’éclai­rage (AFE), un pic de réno­va­tion des infra­struc­tures d’éclai­rage public devrait être atteint. En effet, 40 % des éclai­rages publics ont actuel­le­ment plus de 25 ans. Selon des dispo­si­tions régle­men­taires, les lumi­naires instal­lés en agglo­mé­ra­tion et hors agglo­mé­ra­tion après le 1er janvier 2020 doivent être conformes tech­nique­ment. Grâce à la tech­no­lo­gie LED, les agglo­mé­ra­tions pour­ront réduire leur pollu­tion lumi­neuse tout en limi­tant leur consom­ma­tion éner­gé­tique. Comment un SIG peut-il aider à mieux gérer ce patri­moine ? Expli­ca­tions.

La tech­no­lo­gie LED au service de l’éclai­rage urbain

La tech­no­lo­gie d’éclai­rage LED n’est pas nouvelle, mais la régle­men­ta­tion anti-pollu­tion lumi­neuse a forte­ment encou­ragé son déve­lop­pe­ment. Selon l’AFE, 80 % des réno­va­tions et nouvelles instal­la­tions sont réali­sées avec des sources LED.

Les avan­tages des LED sont nombreux :

La tech­no­lo­gie LED, plus chère à instal­ler, semble ces dernières années avoir atteint son stade de matu­rité avec des prix en baisse et une fiabi­lité accrue. De plus, les poli­tiques de subven­tions rela­tives aux écono­mies d’éner­gie ou liées à l’ou­ver­ture des données lui sont favo­rables. Cepen­dant, étant donné leur tech­ni­cité et l’in­ves­tis­se­ment qu’elles repré­sentent, les LED sont-elles acces­sibles pour toutes les collec­ti­vi­tés ? La ques­tion reste entière.

Pollu­­tion lumi­­neuse : quels sont les défis à rele­­ver ?

Comment gérer la tech­no­lo­gie LED via un SIG ?

Un SIG (système d’in­for­ma­tion géogra­phique) va permettre de :

Pour gérer les LED dans un SIG, des infor­ma­tions sur les lumi­naires seront ajou­tées en confor­mité avec la régle­men­ta­tion. Dans ces fiches d’in­for­ma­tions, des champs seront rensei­gnés. Ils pren­dront en compte plusieurs types de données, comme :

Par exemple, ces infor­ma­tions consi­gnées dans le SIG permettent d’iden­ti­fier tous les lumi­naires dont l’ULR est supé­rieur à 4 %, de les sélec­tion­ner et de program­mer une inter­ven­tion pour les chan­ger et assu­rer leur confor­mité. Qui plus est, au-delà de la gestion de données de patri­moine, le SIG permet de program­mer les inter­ven­tions de main­te­nance, le jour ou la nuit, pour procé­der à des contrôles de maté­riel et au nettoyage des verres de protec­tion.

Les étapes indis­­pen­­sables avant de géoré­­fé­­ren­­cer son patri­­moine dans un SIG

 

La gestion des éclai­rages LED via un SIG offre un gain de temps consi­dé­rable. En paral­lèle, l’émer­gence de l’IoT et des capteurs connec­tés permet­tra de prendre des mesures rapides et de savoir si l’éclai­rage est défaillant ou non. Le tout, en faisant remon­ter l’in­for­ma­tion au SIG. Vous souhai­tez en savoir plus sur l’éla­bo­ra­tion d’un inven­taire du patri­moine exis­tant pour mieux suivre les opéra­tions d’ex­ploi­ta­tion et de main­te­nance ? Télé­char­gez le cas d’usage « SmartGeo au service de Terri­toire d’éner­gie Mayenne ».

 

 
Par La rédaction - 21 avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Échecs de raccordement à la fibre optique : enjeux et solutions
SIG : l’importance de l’import des données et de son contrôle

Recommandé pour vous

S'inscrire à la newsletter

Pour ne rien rater de notre actualité...