Accueil Solutions cartographiques & IT Contact

[Info­gra­phie] Renou­vel­le­ment des réseaux d’eau en France : les chiffres clés

Par La rédaction - 5 décembre 2019
Temps de lecture : 6min

En France, les fuites sur les réseaux d’eau sont très impor­tantes. Pour preuve, leur taux est de 20,7 % sur les réseaux d’eau potable, ce qui engendre des pertes annuelles équi­va­lentes au lac d’An­necy. Pour endi­guer ces fuites, un programme de renou­vel­le­ment des réseaux d’eau est impé­ra­tif, et a déjà été amorcé. Où en est-il ? Quel bilan tirer des opéra­tions menées en France ? Réponse dans cette info­gra­phie.

renouvellement des réseaux d'eau

Eau et assai­nis­se­ment : des perfor­mances amélio­rables

En France, les perfor­mances des réseaux d’eau et d’as­sai­nis­se­ment sont globa­le­ment amélio­rables. En effet, le rende­ment moyen du réseau de distri­bu­tion est de 79,7%, du fait de fuites encore trop impor­tantes. Un score qui s’ex­plique notam­ment par le vieillis­se­ment des cana­li­sa­tions : 50 ans en moyenne pour le réseau natio­nal d’eau potable.

En termes de connais­sance et de gestion patri­mo­niale des réseaux, des efforts sont égale­ment à four­nir. Sur 120 points, 94 ont été attri­bués aux réseaux d’eau potable, et seule­ment 57 à l’as­sai­nis­se­ment collec­tif. Des scores encore trop faibles pour assu­rer le bon renou­vel­le­ment des réseaux d’eau.

Renou­vel­le­ment des réseaux d’eau : des inéga­li­tés terri­to­riales

Sur l’en­semble du terri­toire français, le taux moyen de renou­vel­le­ment des réseaux d’eau est rela­ti­ve­ment faible. Pour l’eau potable, la moyenne annuelle du linéaire sur 5 ans atteint les 0,57 % de renou­vel­le­ment. Un chiffre qui chute à 0,40% pour l’as­sai­nis­se­ment collec­tif.

Ces niveaux inégaux en termes de réseaux le sont égale­ment à l’échelle du terri­toire natio­nal. En effet, côté renou­vel­le­ment, l’Est de la France se distingue par des taux bien supé­rieurs à la moyenne natio­nale. En guise d’exemple, l’Al­sace enre­gistre un taux de renou­vel­le­ment des réseaux d’eau de 0,81%, contre 0,32% pour le Centre.

Entre perfor­mances amélio­rables et renou­vel­le­ment inégal, les réseaux d’eau français repré­sentent une problé­ma­tique forte pour les gestion­naires du terri­toire natio­nal. Pour l’heure, la dyna­mique est au vieillis­se­ment des infra­struc­tures, qui approchent l’âge critique de 60 ans : un seuil jugé problé­ma­tique au regard des taux de renou­vel­le­ment enre­gis­trés. Pour endi­guer le problème, le recours au SIG pour­rait amélio­rer les scores de connais­sance et gestion des réseaux d’eau, et permettre d’éta­blir des programmes de renou­vel­le­ment perti­nents.

Par La rédaction - 5 décembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’intelligence artificielle au secours de la contextualisation des données
Smart Grids : une opportunité pour mieux gérer les infrastructures électriques

Recommandé pour vous

S'inscrire à la newsletter

Pour ne rien rater de notre actualité...