Accueil Solutions cartographiques & IT Contact

Comment faci­li­ter l’ex­ploi­ta­tion des patri­moines et leur main­te­nance correc­tive ou préven­tive ?

Par La rédaction - 17 avril 2018
Temps de lecture : 5min

Afin de garan­tir un espace public attrac­tif et sécu­risé, les collec­ti­vi­tés doivent penser l’ex­ploi­ta­tion de leurs patri­moines, mais aussi leur main­te­nance. Main­te­nance correc­tive, main­te­nance préven­tive, comment élabo­rer son plan de main­te­nance ? Éléments de réponse.

La main­te­nance correc­tive, la main­te­nance pure

Le signa­le­ment humain

L’es­sen­tiel des signa­le­ments collec­tés par des collec­ti­vi­tés corres­pondent à un appel d’un citoyen, c’est un peu la version gratuite de l’IoT
Les incon­vé­nients de l’in­for­ma­tion terrain :

Le signa­le­ment IoT

En fonc­tion des zones étudiées, le recours à l’IoT peut être plus ou moins perti­nent. Il est par exemple très indiqué pour les zones sensibles comme les hôpi­taux ou les écoles. Cela permet d’avoir de l’in­for­ma­tion précise et en temps réel quant aux défaillances (signa­li­sa­tions, éclai­ra­ge…). L’in­ter­ven­tion se fera alors rapi­de­ment et avec le maté­riel adapté.

La main­te­nance prédic­tive

Préven­tif & prédic­tif

Idéa­le­ment, il est recom­mandé de prédire au maxi­mum ses inter­ven­tions de main­te­nance. Des événe­ments excep­tion­nels se produi­ront toujours, mais l’objec­tif est de les limi­ter. En effet, le préven­tif permet de réali­ser des écono­mies d’échelle : on a recours à un agent, pour un terri­toire donné, avec le maté­riel adapté, pour effec­tuer une tâche précise.

 

Exemple dans l’éclai­rage public : le relam­ping 

Lorsqu’on connaît la durée de vie d’une lampe et l’uti­li­sa­tion qu’on en fait – autre­ment dit le nombre d’heures d’al­lu­mage par an -, on peut calcu­ler sa date de fin de vie et ainsi prévoir le rempla­ce­ment par zone.

 

La finesse d’in­for­ma­tion avec le croi­se­ment de données

Pour aller plus loin, on peut même corré­ler un plan de main­te­nance prédic­tive avec des données tierces, par exemple la météo, les intem­pé­ries… pouvant avoir des consé­quences sur l’état des équi­pe­ments.

En alliant main­te­nance prédic­tive et données tierce, il est possible de prédire certains événe­ments :

Un bon plan de main­te­nance inclut main­te­nance correc­tive et main­te­nance prédic­tive. La connais­sance accrue du patri­moine commence par la remon­tée de données les plus à jour possible. L’ex­ploi­ta­tion et la main­te­nance du patri­moine peuvent être gérées depuis une solu­tion SIG. Celle-ci permet­tra à la fois de gérer les données, les inter­ven­tions, les histo­riques d’in­ter­ven­tion… Diffé­rentes données pour­ront être croi­sées de manière à amélio­rer l’éla­bo­ra­tion des plans de main­te­nance.

Par La rédaction - 17 avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vers la sectorisation des réseaux d’eau et d’assainissement
SIG généraliste vs SIG métier : quelle solution préférer ?

Recommandé pour vous

S'inscrire à la newsletter

Pour ne rien rater de notre actualité...