Accueil Solutions cartographiques & IT Contact

Réseau Télé­com : la réflec­to­mé­trie au service de la main­te­nance

Par Editorial Board - 7 mars 2019
Temps de lecture : 12min

Liai­sons sous-marine, réseau d’en­tre­prise, réseaux FTTH ou embarqués… le bon fonc­tion­ne­ment des réseaux de télé­com­mu­ni­ca­tion doit être surveillé par une main­te­nance active. Aujourd’­hui, ces véri­fi­ca­tions de perfor­mance sont prin­ci­pa­le­ment assu­rées par des mesures de réflec­to­mé­trie. En quoi consiste cette tech­no­lo­gie ? Comment un SIG peut opti­mi­ser la main­te­nance d’un réseau Télé­com ?

Réflec­to­mé­trie : le b.a.-ba

Au moment de leur instal­la­tion puis pendant leur fonc­tion­ne­ment, les infra­struc­tures des réseaux Télé­com (câbles, fibres optiques, connec­teurs, etc.) doivent pouvoir être contrô­lées sur le terrain. Le prin­ci­pal diagnos­tic permet­tant de mesu­rer la qualité d’une route optique de bout en bout est réalisé grâce aux mesures de réflec­to­mé­trie.

Focus sur la réflec­to­mé­trie

La réflec­to­mé­trie est une méthode de diagnos­tic non destruc­tif, repo­sant sur le prin­cipe de fonc­tion­ne­ment du radar. Cette tech­nique est utili­sée dans de nombreux domaines comme l’étude des sols, la santé et les réseaux Télé­com. Un signal est envoyé à travers une surface pour mesu­rer sa réflexion. L’ana­lyse du signal réflé­chi permet de loca­li­ser et de quali­fier les défauts de conduc­tion du signal.

La réflec­to­mé­trie permet d’ob­te­nir, en une seule opéra­tion, grâce à un réflec­to­mètre optique OTDR :

Le réflec­to­mètre optique OTDR

Un réflec­to­mètre optique OTDR (Opti­cal Time Domain Reflec­to­me­ter) est un appa­reil de mesure destiné à analy­ser le signal optique renvoyée par une fibre optique. La méthode de mesure est basée sur la tech­nique de rétro­dif­fu­sion ou de réflec­to­mé­trie optique dans le domaine tempo­rel, et permet de mesu­rer et de quali­fier :

  • l’af­fai­blis­se­ment ;
  • la linéa­rité ;
  • les pertes d’in­ser­tion ;
  • les épis­sures ;
  • les soudures ;
  • la longueur et la loca­li­sa­tion des défauts des fibres optiques ;
  • la réflec­tance.

3 moments clés pour réali­ser les mesures de réflec­to­mé­trie

#1 Avant les travaux

Les mesures de réflec­to­mé­trie sur site permettent de véri­fier l’in­té­grité des câbles avant leur déploie­ment (pour s’as­su­rer notam­ment qu’ils n’ont pas été dété­rio­rés entre leur sortie d’usine et le stockage sur le chan­tier).

#2 Après les travaux

Après la pose des câbles et leur connexion, les mesures de réflec­to­mé­trie servent à vali­der les routes optiques (les points de faiblesse sont géné­ra­le­ment dus à la pose sur de grandes longueurs, aux condi­tions de pose diffi­cile ou à la fragi­lité du câble).

#3 Pendant l’ex­ploi­ta­tion du réseau Télé­com

La main­te­nance cura­tive consiste à surveiller en temps réel le bon fonc­tion­ne­ment du réseau. L’objec­tif est de détec­ter les pannes et arrêts de fonc­tion­ne­ment, souvent provoqués par la vétusté d’un compo­sant, la perte d’étan­chéité ou la rupture d’un câble suite à des travaux. Pour avoir une vision d’en­semble de cette main­te­nance cura­tive (sous forme d’alertes ou d’alarmes), il est possible de visua­li­ser ces pannes sur un SIG Télé­com inter­facé avec le système de super­vi­sion.

Les indi­ca­teurs à suivre au sein de votre SIG Télé­com

Les sources de dété­rio­ra­tions sur les diffé­rents éléments du réseau Télé­com

Les compo­sants d’un réseau Télé­com peuvent être alté­rés ou dété­rio­rés pour diverses raisons : l’usure, une erreur humaine, des facteurs envi­ron­ne­men­taux. Décou­vrez les causes les plus fréquentes de dété­rio­ra­tions des 4 compo­sants prin­ci­paux d’un réseau dans ce tableau réca­pi­tu­la­tif :

Compo­sants Cause de dété­rio­ra­tions
Câbles
  • contraintes méca­niques ou chimiques
  • perte d’étan­chéité
  • augmen­ta­tion de l’hu­mi­dité ambiante
  • facteurs météo­ro­lo­giques
  • présence de rongeurs
  • réali­sa­tion de travaux
Fibres
  • perte d’étan­chéité
  • absorp­tion d’eau condui­sant à des dégra­da­tions irré­ver­sibles sur plusieurs mètres
Épis­sures
  • traces de colle alté­rant poten­tiel­le­ment le signal qui tran­site par la soudure
Connec­teurs
  • salis­sures (pous­sière, etc.)
  • humi­dité

Main­te­nance d’un réseau Télé­com : plutôt cura­tive ou préven­tive ?

Aujourd’­hui, le déploie­ment indus­triel de la fibre optique est arrivé à matu­rité, tout en évoluant vers des débits de plus en plus élevés. Cepen­dant, seul un nombre très restreint d’opé­ra­teurs d’in­fra­struc­tures sont en mesure de réali­ser une exploi­ta­tion opti­male de leur réseau.

La main­te­nance cura­tive consiste à surveiller le réseau en temps réel et à détec­ter des pannes comme, notam­ment, la coupure d’un câble lors de travaux. Quand le système de super­vi­sion est inter­facé avec son SIG Télé­com, la panne est géolo­ca­li­sée rapi­de­ment et permet d’en­voyer une équipe de main­te­nance réseau sur la route optique endom­ma­gée. En paral­lèle, les abon­nés touchés par ce dysfonc­tion­ne­ment sont préve­nus de la panne et de sa prise en charge.

La main­te­nance préven­tive, quant à elle, est beau­coup plus diffi­cile à mettre en œuvre à cause du manque de recul sur les infra­struc­tures. En effet, sur les réseaux Télé­com, il n’y a pas encore assez de données aujourd’­hui sur la durée de vie des maté­riaux et aucune règle de calcul n’est à dispo­si­tion pour réali­ser des opéra­tions de main­te­nance préven­tive. Les experts estiment qu’il faudra encore attendre une dizaine d’an­nées pour avoir assez de données sur la robus­tesse d’un réseau Télé­com. Avec de telles données, on pour­rait envi­sa­ger d’in­ter­ve­nir sur un câble avant qu’une atté­nua­tion du signal soit consta­tée en mesu­rant, par exemple, l’hu­mi­dité à l’in­té­rieur dudit câble.

SIG Télé­­com : les fonc­­tions indis­­pen­­sables d’aujourd’­­hui et de demain

L’in­ter­façage d’un SIG avec un système d’ex­ploi­ta­tion d’un réseau Télé­com multi­plie les possi­bi­li­tés d’op­ti­mi­ser la main­te­nance cura­tive. Pour la main­te­nance préven­tive, il faudra attendre encore quelques années, le temps de compi­ler des retours d’ex­pé­rience sur la durée de vie des maté­riaux compo­sant un réseau Télé­com.

Par Editorial Board - 7 mars 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des abonnements Internet influencés par les avancées technologiques
[Quiz] Savez-vous tout de la fibre optique ?

Recommandé pour vous

S'inscrire à la newsletter

Pour ne rien rater de notre actualité...