GRACE THD, Géostandard ANT V2.0

Par 28 avril 2016THD

La validation par la COVADIS de GRACETHD fin 2015 est non seulement une avancée majeure dans l’échange de données télécom, mais constitue de plus une initiative nationale unique en Europe sur ce type d’infrastructure. Grace à ce nouveau format d’échange, collectivités, DSP, entreprises de travaux vont pouvoir échanger bien plus facilement des données détaillées sur les éléments réseau déployés, sans avoir à batailler dans la constitution de formats d’échange, ce qui était jusqu’alors source de débats et de mises au points sans fin. Il est clair que l’avènement de ce format d’échange va changer la donne sur les négociations de concessions vis-à-vis de la rétrocession des informations, non seulement en fin de contrat mais aussi dans le cadre des AMO sur les phases APS ou APD. Le gros avantage de GRACETHD est de pouvoir transmettre non seulement les caractéristiques des éléments porteurs du réseau (fourreaux), mais surtout les informations relatives aux câbles et à leurs connectiques.

Pour plus de détails sur le format GRACETHD n’hésitez pas à télécharger les informations sur le site de GRACETHD (http://gracethd-community.github.io/GraceTHD-MCD/).

Néanmoins 3 points d’attention sont à garder à l’esprit :

  1. Ce format mérite d’être enrichi. En effet, si la finesse de description patrimoniale est bien meilleure que lors de la première initiative gr@ce, ce nouveau format ne prend pas en charge les éléments suivants (liste non exhaustive), qui peuvent se révéler pénalisant surtout pour un opérateur (mais sans doute moins pour une collectivité) :
    • Il n’y a pas de gestion de multiplexage au niveau des relations routes / fibres ;
    • Il n’y a pas de gestion de sous-équipement ;
    • Il n’y a pas de jarretière en tant qu’objet de connectique ;
    • Il n’y a pas d’entité port ;
    • Les pigtails, ou a minima leur longueurs, sont absents ;
    • On ne retrouve pas de notion de fourreaux passants au niveau des masques ;
    • Les câbles ayant forcement une géométrie, se pose la question des câbles internes (notamment pour les problématiques de verticalité).
  2. GRACETHD est actuellement un modèle de données disponible notamment dans le format POSGRE/POSTGIS ou SpatialLlite. Si l’objectif est d’en faire un format de pivot d’échange, il serait plus pertinent de structurer ce modèle sous la forme d’un fichier XML. L’avantage du XML est triple :
    • un format complètement neutre (format ASCII),
    • il ne nécessite ainsi aucun SGBD pour le lire,
    • Qui dit pas de format de SGBD dit pas de problématique de version SGBD compatible.
  3. GRACETHD est un standard d’échange qui doit rester impérativement standard. Ma remarque faite en point 1 est parfois ressentie par d’autres acteurs qui ont besoin de ces informations manquantes ou qui ont eux-mêmes noté d’autres informations manquantes. La tentation peut donc être grande de faire un modèle d’échange inspiré de GRACETHD mais embarquant quelques particularités perçues à cet instant comme des améliorations au standard. Toutefois, une telle décision peut être catastrophique en termes d’échange de données, car cela implique la mise en place de flux personnalisés à chaque chantier, ce qui va à l’encontre de l’esprit d’un modèle d’échange validé. Par conséquent si vous, acteurs du déploiement FTTH, trouvez ce format incomplet, il faut alors soumettre une demande d’amélioration à l’organisme en charge de sa maintenance (qui reste à définir). Donc, de grâce, ne modifiez pas GRACETHD, faites-le évoluer !!

Lire l’article complet de Carl Denis sur LinkedIn