Accueil Solutions cartographiques & IT Contact

Télé­coms : l’enjeu crucial de la main-d’œuvre

Par Editorial Board - 9 juillet 2019
Temps de lecture : 8min

Parmi tous les secteurs d’ac­ti­vité, les Télé­coms tirent leur épingle du jeu en affi­chant une crois­sance posi­tive, l’ou­ver­ture de nouvelles forma­tions spéci­fiques et de nombreux emplois à pour­voir. L’un des moteurs de ce taux de crois­sance est le déploie­ment de la fibre optique. Mais pour préser­ver cette dyna­mique, le secteur doit rele­ver de nombreux défis, dont celui de la main-d’œuvre dans les Télé­coms.

Fibre optique : un secteur porteur côté emploi

Le domaine de la fibre optique porte des enjeux d’au­tant plus cruciaux que son déve­lop­pe­ment va condi­tion­ner la trans­for­ma­tion numé­rique des entre­prises. L’im­pact côté recru­te­ment est fort sur la filière elle-même, mais aussi sur les entre­prises béné­fi­ciaires des raccor­de­ments.

Actuel­le­ment, le secteur offre de nombreux emplois : plus de 23 000 postes sont à pour­voir dans les bureaux d’études (prépa­ra­tion du déploie­ment) et sur le terrain. L’objec­tif ? Assu­rer le déploie­ment de la fibre optique et répondre aux exigences du plan France très haut débit.

Dans un second temps, les besoins en ressources humaines seront davan­tage axés sur les compé­tences dans le raccor­de­ment client et la main­te­nance des réseaux.

🌐 Des abon­­ne­­ments Inter­­net influen­­cés par les avan­­cées tech­­no­­lo­­giques 🌐

 

L’em­ploi : une problé­ma­tique globale

Dans le cadre du déploie­ment d’un réseau FTTH (Fiber to the home) ou FTTO (Fiber to the office), l’en­semble de la chaîne d’in­ter­ve­nants sont concer­nés par la problé­ma­tique de l’em­ploi :

 

Déploie­ment de la fibre : quels besoins ?

La fibre optique est progres­si­ve­ment déployée sur le terri­toire français. Les besoins de main-d’œuvre dans les Télé­coms sont donc parti­cu­liè­re­ment impor­tants, à mesure que la tech­no­lo­gie se répand. D’au­tant plus impor­tants que d’ici 2022, 80 à 85 % des foyers devraient être raccor­dés en THD.

Fin 2017, 10 millions de prises ont été connec­tées. À l’ho­ri­zon 2022, 50 millions de prises devront l’être. Selon les simu­la­tions, le besoin en main-d’œuvre dans les Télé­coms pour­rait donc atteindre son plus fort niveau en 2019, avec 20 000 équi­va­lents temps plein à pour­voir.

Pour assu­rer ce déploie­ment, les entre­prises (opéra­teurs en télé­com­mu­ni­ca­tions, entre­prises de servi­ces…) sont en quête de profils variés dont des tech­ni­ciens, des mana­gers opéra­tion­nels (chef d’équipe, chef de busi­ness unit) ainsi que des ingé­nieurs.

Aussi, toutes les caté­go­ries de métiers sont concer­nées. Les besoins actuels couvrent :

💡 [Quiz] Savez-vous tout de la fibre optique ? 💡

 

Compé­tences et main-d’œuvre dans les Télé­coms : deux manques à combler

Deux manques cruciaux viennent aujourd’­hui frei­ner le déve­lop­pe­ment du secteur de la fibre optique, à l’heure même où les besoins sont les plus impor­tants : une main-d’œuvre rare, et des compé­tences en pleine pénu­rie.

 

Les métiers les plus recher­chés

  • Monteur câbleur
  • Tireur de fibre, soudeur
  • Raccor­deur (ou soudeur optique)
  • Tech­ni­cien de raccor­de­ment (ou tech­ni­cien fibre optique, tech­ni­cien réseaux et services très haut débit)
  • Tech­ni­cien d’in­ter­ven­tion télé­com avec certi­fi­ca­tions en infor­ma­tique et numé­rique
  • Respon­sable de chan­tier
  • Conduc­teur de travaux

 

Des postes aux profils variés

Les postes à pour­voir sont parti­cu­liè­re­ment variés en termes de profil. On constate une forte demande en profils DUT (Diplôme univer­si­taire de tech­no­lo­gies), ingé­nieur et mana­ger opéra­tion­nel pour enca­drer les équipes.

Le recru­te­ment de ces derniers est crucial, puisque les entre­prises confient aujourd’­hui les missions d’or­ga­ni­sa­tion et de gestion du travail des équipes de tech­ni­ciens à leurs ingé­nieurs. Ceux-ci sont donc moins en mesure de se concen­trer sur leur cœur de métier.

 

Une recherche de compé­tences spéci­fiques

Les prin­ci­pales compé­tences recher­chées aujourd’­hui sont :

 

Un besoin de profils multi-compé­tences

L’évo­lu­tion des besoins sur le terrain est repré­sen­ta­tive de la néces­sité de recru­ter des profils trans­verses. L’enjeu : embau­cher des candi­dats à l’aise avec les métiers des télé­com­mu­ni­ca­tions comme avec les SIG, pour former des équipes aptes à carto­gra­phier les réseaux avec une grande préci­sion.

Ces tracés condi­tion­ne­ront par ailleurs le bon dérou­le­ment de l’ins­tal­la­tion. En construi­sant des fonds de cartes qui sont le reflet fidèle du terrain, les tech­ni­ciens et chefs d’équipes pour­ront plus aisé­ment repé­rer les chemi­ne­ments de la fibre.

Problème : les compé­tences en carto­gra­phie demeurent une denrée rare. Il est ainsi toujours compliqué pour un bureau d’études de recru­ter des profils qui comprennent les métiers de la fibre et présentent de solides compé­tences en termes d’outils SIG.

🇪🇺 Fibre optique : un déploie­­ment très hété­­ro­­gène en Europe 🇪🇺

 

Même si la France occupe la deuxième place euro­péenne en termes de déploie­ment de la fibre, le manque de main-d’œuvre dans les Télé­coms est un véri­table frein à l’ac­cé­lé­ra­tion du proces­sus. En Nouvelle-Aqui­taine, cette problé­ma­tique d’em­ploi a créé un retard impor­tant dans plan­ning de déploie­ment. Pour éviter que ce mouve­ment touche tout l’Hexa­gone, les forma­tions et métiers liés aux télé­coms doivent davan­tage être portés à la connais­sance du public. Le tout, en rassu­rant les candi­dats sur la péren­nité de leur enga­ge­ment.

Par Editorial Board - 9 juillet 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gérer les appels et alertes grâce au SIG
De la donnée au SIG : collecte, structuration et valorisation

Recommandé pour vous

S'inscrire à la newsletter

Pour ne rien rater de notre actualité...